Action de heurter du pied quelque chose.

Les origines de ce mot se perdent dans la nuit des brouillards londoniens. C’était pendant une sorgue typiquement brumeuse du côté de Whitechapel vers la fin du XIXème siècle. Pour des raisons que nous n’éventerons pas ici, un seul établissement était exceptionnellement ouvert. In fine, il était le rendez-vous de tous les soiffards du quartier. Stone appointment n’était ni le plus beau des pubs, ni le plus accueillant. On n’y servait pas la meilleure bière brune de la ville. Pire, il ne possédait pas même de cible pour fléchettes. La choppe comme on surnommait le patron était un vieux marin unijambiste qui avait commencé à naviguer dès l’âge de 11 ans. Ses clients fidèles et néanmoins moqueurs disaient que c’était la suite logique pour un jeune mousse de servir des bières sans faux-col. Ça ne le faisait pas rire. Rien ne le faisait rire.

Il fallait vraiment avoir une soif de tous les diables pour se rendre dans ce pub situé face à un cimetière abandonné, au fin fond d’une ruelle sordide et sinueuse. Une ruelle qui avait la particularité de disposer de trottoirs sous-élevé de quarante-trois centimètres par rapport aux pavés de la route. Les ouvriers qui avaient œuvré à l’époque passaient une bonne partie de la journée dans le pub en question. On se demanda si La choppe ne les avait pas sciemment manipulé puisque le différentiel chaussée/trottoir correspondait exactement au nombre de centimètres qui lui manquait à la jambe gauche. Depuis, il pouvait se balader dans sa rue sans l’aide béquilles ou de sa jambe de bois.

La nuit qui nous intéresse était la première du couvre-feu instaurée par Scotland Yard. À minuit, ce qui devait se passer se passa. Les boit-sans-soif de la taverne, bien qu’imbibés de substance mousseuse, obéirent promptement à l’injonction de déguerpir du patron et quittèrent le pub dans la minute. La porte s’ouvrit et tous se précipitèrent à l’extérieur, oubliant la particularité de la ruelle. Ils se tombèrent tous les uns sur les autres dans un vacarme qui, dit-on, réveilla deux ou trois habitants du terrain d’en face qui laissèrent leur ultime bière au premiers chus, tombe pour les tombés.

On apprit plus tard que le patron du pub, fatigué, avait annoncé le couvre-feu une demi-heure trop tôt et que, sans ça, cette hécatombe aurait pu être évitée. Toutefois, sans témoignages cohérents, il ne fut pas inquiété. Le bruit couru en claudiquant dans tout Londres. C’est depuis qu’il se dit que quand « La choppe ment » il faut bien regarder où l’on met les pieds.