Forte apophyse prolongeant l’épine de l’omoplate.

Si le français moyen utilise moins de cinq mille mots, il est fort à parier qu’acromion n’en fait pas partie. Pourtant, qu’il serait doux à l’oreille d’entendre sur les marchés « Vous pourriez me mettre cinq cents grammes d’acromions bien mûrs ! », de susurrer à l’oreille de l’être aimé « Ce que j’aime le plus en toi, c’est quand tu trémousses ton acromion ! » ou de clamer haut et fort « Il n’y a qu’acromion qui m’aille ! ».