Instrument de cuisine très utilisé au Moyen-Âge, en Suisse essentiellement, pour couper les pommes. Il suffisait de positionner le fruit sur la tête du petit dernier, de s’éloigner de dix pas avant de viser juste pour que le carreau le coupe parfaitement. C’était le bon temps des cuisines à ciel ouvert et des exercices de précision culinaires.

La pratique de l’arbalète est tombée en désuétude quand les villes ont diminué notre espace vital, quand nos cuisines sont devenues si petites que nous n’avions plus le recul suffisant pour cuisiner dans la plus parfaite des traditions la tarte au pomme dite de Guillaume Tell. Certes la démographie s’est vu évoluer plus vite mais, maintenant, on si nique le doigt avec les couteaux à pommes. Si c’est ça le progrès. Heureusement qu’il nous reste la corrida et la montée du populisme.