Je dois bien l’avouer, après quelques verres dont le contenu dépasse le second degré, je n’arrête pas de calembourrer… au beurre noir.