Qui aide une personne dans l’accomplissement d’actions généralement répréhensibles.

MON TENDRE ET VIEUX COMPLICE

« Mon tendre et vieux complice » était la phrase fétiche
qu’elle disait à Maurice au soir d’une vie peu riche.
Et puis partant d’un rire aux cristals envolées,
elle finissait soupir et les yeux embués.
À tel point que Maurice finit par se mander
si ce mot là, « complice », de sens s’était trompé.
Mais c’est un jour bien triste qu’on sut enfin pourquoi
Ginette de son complice riait à vive voix ;
c’est dans son testament tout en bas de la page
un hommage à l’amant en forme d’épitaphe,
sur le marbre rose beau jonchés de quelques herbes,
« complice » est en deux mots, le nom et puis le verbe.