Arachnide orgueilleux.

Le scorpion est orgueilleux. Il se pique de s’y connaître en astrologie et d’être le meilleur des signes. Pour lui, rien n’est moins parlant et plus surréaliste que le signe du poisson : il est sans son et Dali l’a. Le lion a vendu son âme à la publicité. Plus besoin de travailler, la feignasse. Pour ne pas payer ses impôts en France, il a déménagé pour devenir « Lion de Bruxelles ». Encore un qui fait comme les autres, dans le moule. Et de continuer en prétendant que tout taureau est un bœuf en puissance. Et le sagittaire minus ! Seul, le signe du scorpion tirerait son épingle du jeu à l’entendre.

Orgueilleux, le scorpion accepte tout de même de recevoir le savoir de ses aînés. Il aime l’école. Il est attentif, prend les cours et apprend assidûment ses leçons. Il n’est pas du genre à ce que tout son corps pionce au fond de la classe, près du radiateur. Surtout parce qu’il ne dort jamais. Après ses études, il entame sa vie professionnelle par quelques années de surveillance en internat, sa particularité insomniaque l’aidant à être un des meilleurs de sa profession.

Piquer les élèves en flagrant délit est un vrai plaisir, voire même un sport. Au point qu’il note ses interpellations dans un carnet à spirales sous l’appellation de « scores pion ». La seule faute pour laquelle il fait preuve d’indulgence est quand il surprend un jeune, supposé endormi dans son lit, en train d’écouter sur son MP3 du hard-rock allemand, allez savoir pourquoi.

Le scorpion est orgueilleux. Contrairement à ce que laisserait penser la fausse croyance si répandue selon laquelle il se suiciderait lorsqu’il est entouré par le feu, il a une trop haute opinion de lui pour en arriver à de telles extrémités. Que penseraient les voisins de cet aveu de faiblesse ? Il ne pourrait pas même expliquer son geste, il ne sait pas écrire. C’est quand même qu’une bête. Bon, accessoirement, il est immunisé contre son venin. Mais ça, il ne le dira jamais, trop orgueilleux le scorpion.